Une femme qui se coupe les cheveux est une femme qui s’apprête à changer de vie

Comme j’ai pu vous le dire dans mon précédent article, j’ai décidé de changer ! Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain mais je pense que j’avais cette volonté en moi depuis déjà quelques mois, depuis décembre dernier exactement.

J’ai toujours été une bonne élève, depuis l’école primaire mais l’année dernière j’ai tout simplement arrêté de travailler. L’envie de faire mes devoirs, de réviser pour avoir des bonnes s’était évanouie. Je m’étais coupé les cheveux, ils étaient très long auparavant et je les avais coupé au niveau de la poitrine et avec un dégradé histoire de leurs donné du volume. C’est vraiment le moment où j’avais décidé que je ne voulais plus être moi-même mais j’ai peut-être poussé le bouchon un peu loin. J’ai même laissé tomber la lecture. Je m’étais mise à faire du sport tous les soirs ( ce qui n’est pas une mauvaise chose en soit ) et après je passais mes nuits à parler à mes copines. Certains d’entre vous me dirons peut-être que c’est normal pour une fille de 15 ans, ils ont probablement raisons mais faire chuter sa moyenne de 4 points est quand même assez extrême comme changement. J’ai mal vécu la chute de ma moyenne, malgré mes nouvelles occupations je n’arrivais pas à me faire à l’idée de ne pas faire partie des meilleurs. C’est assez paradoxale puisque je refusais de travailler mais je voulais garder ma moyenne telquel. Malgré les remords, je ne me suis pas mise au travail et ce n’est qu’à la fin de l’année que j’ai vu sur mon bulletin mon appréciation : Il faut plus de rigueur dans le travail si tu veux faire une bonne première S. Outch. Surtout dans un bulletin de Seconde que je vais probablement envoyé aux écoles l’année prochaine. Ça m’a fait un choque. J’ai toujours voulu faire mes études dans les meilleurs universités au monde. Un rêve qui était pour moi possible puisque tellement de personnes dans mon lycée l’ont fait, alors pourquoi pas moi ?

L’été a été très long pour moi, à me remémorer comment j’avais gaché un avenir si brillant. Je dramatisais, comme toujours mais j’avais quand même passé mon été comme une perdante qui ne sortais plus de chez elle parce que le prof principal lui a mis une mauvaise appréciation sur son bulletin. Deux semaines avant le rentrée, je regardais un vlog d’une jeune fille qui m’a beaucoup inspiré lors de mon changement qui s’appelle Jess ( le nom du vlog est Short Hair Don’t Care, je vous ai mis le lien il faut juste appuyer sur le mot vlog en bleu ). Avant de partir en voyage, elle a décidé de se couper les cheveux mais ses changements de coiffures sont assez réguliers puisqu’elle a eu une frange, puis les cheveux couleurs menthe, longs puis courts et encore long. À ce moment là je me suis souvenue d’une citation que je voyais un peu partout sur Tumblr et WeHeartIt :  » Une femme qui se coupe les cheveux est une femme qui s’apprête à changer de vie  » . C’est une citation de Coco Chanel. C’est surement très cliché tous ce que je vous raconte depuis quelques jours mais c’est vraiment comment je l’ai vécu. Quelques jours après, ma mère me dit qu’elle va m’emmener chez le coiffeur pour au moins coupé les pointes de mes cheveux et les alignés puisque mes cheveux n’avait plus aucune forme trois mois après mon premier  » changement « . Je m’habille à contrecoeur et je part chez le coiffeur qui était une coiffeuse et elle me demande ce que je veux faire à mes cheveux. J’allais lui répondre ce que ma mère m’avait dit de faire à mes cheveux, j’ai réfléchi pendant quelques temps et j’ai re pensé à ma Bucket List et au vlog de Jess ( c’est le lien vers sa chaine ) . Je n’arrivais pas à me décider de les couper courts ou de suivre ma raison. La coiffeuse s’impatientait et donc je lui réponds très vite sans réfléchir : » Je les veux courts, aux épaules même un peu plus court  » . Sur le moment, je ne me suis pas rendu compte que j’étais en train de changer quelque chose de plus profond en moi que mes cheveux. Je savais que je voulais changer ( j’utilise beaucoup le mot changer dans cet article ) mais je ne penser pas que ce serait ma vision du monde qui allait être chamboulé. Ne vous méprenez pas, c’est pas une coupe de cheveux qui m’a changé mais c’était plutôt le résultat du changement.

Je ne l’ai remarqué que quelques semaines après la rentrée. Un lundi, le deuxième lundi après la rentrée pour être précise, j’ai fait quelque chose qui m’a surprise. J’étais chez le libraire en face le lycée pour acheter les livres de ma listes de lectures cursives et j’ai vu le nouveau vogue  » The September Issue  » et je l’ai acheté. J’avais recommencé à faire des efforts vestimentaires mais je ne tenais pas à connaitre les nouvelles tendances, je n’avais pas recommencé à regarder les défilés des grands couturiers comme je le faisais il y a quelques années mais malgré ça, surement dans un élan de nostalgie j’ai acheté le magazine Vogue. Je l’ai  » lu  » en un soir ( plus de 600 pages de magazine ) et j’ai adoré. Je me souvenais en train de chercher quelles sont les similitudes chez les différentes maison de couture et ce que j’aime ou je n’aime pas et pourquoi. J’ai comme revécu une passion qui était morte chez moi depuis longtemps. Malgré la renaissance de ma passion pour les vêtements, je n’arrivais pas à me décider de m’habiller comme je le voulais au lycée.

Je n’ai pas seulement remarqué ces changements dans comment je me vois physiquement mais aussi sur mon mental : j’ai gardé la meilleure moyenne d’une des meilleurs classes de première S de mon lycée pendant près de 5 semaines. Cela peut paraitre peu pour certains mais dans un lycée comme le mien où la compétition est constante est une victoire en soit. J’ai eu un petit accident dans une des matières scientifiques qui fait que je ne le suis plus mais cela n’est pas grave en soit puisque je me suis prouvé que je n’étais pas une nulle comme je pouvais le penser durant l’été. Je tiens tout de même à préciser que la rentrée a été dur puisque comme j’ai pu le préciser plus haut je suis dans une classe où une grande partie des élèves ( 20 sur 23 à peu près ) font parties des meilleurs en S ( il y a plus de 800 élèves en première S ) et les noms des professeurs sur nos emplois du temps nous donnaient des pousées d’adrénaline rien que de les lire. J’ai même fait une crise de panique un soir mais à chaque fois que je me démoralisais je me relevais après, je n’ai pas abandonné et je pense que c’est ça le grand changement que j’ai fait. Je suis devenue une battante.

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Romy21 dit :

    Très joli article, je te souhaite plein de réussite dans ce que tu entreprends🙂

  2. Je me reconnais en toi en certain point, cette envie d’être toujours parfaite, la meilleur ! Ne t’inquiètes pas ne te met pas autant la pression, prend soins de toi, tes efforts payeront😉 je suis actuellement des études en design de mode et je n’aurais jamais cru cela possible, t’en que tu as quelque chose qui te motives dans la vie tout est possible !!!

  3. Squalide dit :

    Un accident en seconde qui se rattrape en première et terminale peut en fait être une force supplémentaire qui montre ta volonté face aux aléas de la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s